Les numéros

Téléchargez le numéroTéléchargez le numéro
DIDAK'TIC n° 3 :GREEN ITDIDAK'TIC n° 2 :SCIENCE OUVERTEDIDAK'TIC n° 1 : BIG DATA

Zoom sur la pollution numérique…

Chers lecteurs,

L’origine de l’épuisement des ressources et du réchauffement climatique est plurifactorielle. L’un des coupables semble pourtant relativement absent au banc des accusés, il s’agit du numérique. Alors que son développement a de plus en plus d’impact sur notre société, la question de la pollution numérique devient un véritable enjeu écologique.

La pollution numérique, qu’est-ce que c’est concrètement ?

Dans ce troisième numéro Didak’tic, nous aborderons cette question sous l’angle de l’impact environnemental du numérique, de la donnée et de l’information numérique. En effet, encore méconnue du grand public, la pollution numérique est un phénomène bien réel lié aux usages (internet des objets, e-mails, requêtes sur les moteurs, vidéos en ligne, applications, des smartphones….), aux supports de l’information (fabrication, utilisation, fin de vie des terminaux, data centers…), à l’explosion du volume et du trafic des données mais aussi aux blockchains et au tracking publicitaire. 

Le numérique est donc en pleine explosion depuis une vingtaine d’années, tant au niveau logiciels et emplois. C’est un secteur en pleine mutation qui génère un marché très florissant. En effet, le numérique est omniprésent dans notre quotidien notamment par l’usage d’internet et des objets connectés, nous contribuons ainsi souvent sans le savoir à cette pollution numérique. Force est d’admettre qu’il est trop tard pour revenir en arrière, le numérique ayant déjà considérablement transformé nos habitudes et pratiques personnelles et professionnelles.

Toutefois, il nous semble nécessaire d’avertir sur les dangers inhérents à cette pollution numérique, d’éclairer sur les sources les plus polluantes et partager les bonnes pratiques pour limiter leurs impacts.

Dans un même temps, l’empreinte carbone du numérique ne cesse de croître. Face à ce fléau, des solutions, à petites et grandes échelles, existent. Des modifications du comportement des internautes à l’éco-conception, en passant par l’investissement dans les énergies vertes, nous verrons comment il est possible d’adopter une démarche numérique responsable.

Pour sensibiliser un large public à cette pollution dite invisible et inciter chacun d’entre vous à réduire l’impact lié à cette pollution, ce nouveau numéro tente d’informer, d’alerter sur les conséquences et les enjeux de la pollution numérique. Car, malgré tous les efforts de sensibilisation à cette pollution consentis par les différents acteurs du numérique responsable, de réels progrès restent à faire, demandant la mobilisation des différentes institutions: publiques, entreprises, associations spécialisées, des consommateurs….afin de proposer des pistes d’amélioration en vue d’une plus grande sobriété numérique.

Lydia HADJERES et Maeva CAMUS

Téléchargez ce numéro

Science Ouverte, faire sauter les verrous !

Un Plan national pour la Science Ouverte a été dévoilé le 4 juillet dernier par la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Frédérique Vidal. Ce plan reprend les préconisations formulées par l’Union européenne dans l’Amsterdam Call for Action on Open Science en 2016. Mais qu’est-ce que la Science Ouverte ? La Science Ouverte est un mouvement international qui défend l’idée que la science est un bien commun et qui encourage donc « une approche transversale de l’accès au travail scientifique, des visées du partage des résultats de la science mais aussi une nouvelle façon de FAIRE de la science en ouvrant les processus, les codes, les méthodes » (DIST-CNRS, Livre blanc – Une Science ouverte dans une République numérique, 2016). L’idéal d’une Science Ouverte se concrétise petit à petit grâce à des politiques publiques en faveur de l’Open Access. L’expression « Open Access » peut être traduite en français par « libre accès à l’information scientifique et technique ». L’objectif du mouvement de l’Open Access est de « rendre accessible gratuitement, en ligne, toute production issue d’un travail de recherche » (ENSSIB, 2012). Une Science Ouverte, c’est donc faire en sorte que les publications scientifiques et les données de la recherche soient ouvertes « à tous, chercheurs, entreprises et citoyens, sans entrave, sans délai, sans paiement » (Plan pour une Science Ouverte). Une Science Ouverte est censée avoir des retombées positives tant pour la recherche et les chercheurs que pour la société toute entière. Mais les obstacles à surmonter sont encore nombreux.

Dans ce second numéro de Didak’TIC, nous commençons par définir l’information scientifique et technique (IST) et par présenter des acteurs de l’IST encore trop souvent méconnus : les URFIST. Ensuite, nous vous proposons un dossier qui revient sur les principaux enjeux de l’Open Access (page 13). L’Open Access, en ce qui concerne les publications des chercheurs, n’est plus à présenter et est aujourd’hui bien installé dans le paysage de la recherche française, notamment avec HAL – qui compte parmi les principaux réservoirs mondiaux de contenu IST –, et avec l’émergence de nouveaux modèles de publication comme les épi-revues. En 2016, l’article 30 de la loi pour une République numérique est venu renforcer la dynamique de l’Open Access en France, inscrivant dans la loi les recommandations de l’Union européenne en la matière. Cependant, même si le modèle encore prépondérant de l’abonnement est en déclin, les grands éditeurs commerciaux ont plus d’un tour dans leur sac et ne sont pas prêts de dire adieux à leurs profits colossaux ! En effet, ceux-ci investissent depuis quelques années la voie dorée en proposant un modèle économique auteur-payeur très lucratif que nous détaillerons. Notre deuxième dossier est centré sur les données de la recherche (page 39). Celles-ci ont pendant longtemps été négligées et ce n’est que récemment que l’on a pris la mesure de leur valeur pour la science. Leur préservation, leur gestion, leur partage et leur réutilisation constituent un nouvel axe de l’Open Access. Il est essentiel d’éviter que le phénomène d’accaparement des publications scientifiques par les éditeurs ne se reproduisent avec les données de la recherche. En France, la loi pour une République numérique a donc cherché à les protéger de l’avidité des grands éditeurs commerciaux. La diffusion et la réutilisation des données de la recherche ouvrent des perspectives nouvelles à la science et viennent modifier en profondeur les pratiques des chercheurs qui ont besoin d’être accompagnés.

Mais pourquoi avons-nous choisi de vous parler cette année du thème de la Science Ouverte ?

En tant que futurs professionnels de l’information et de la documentation, le mouvement de la Science Ouverte nous concerne tout particulièrement car :

  • Les professionnels de l’information et de la documentation ont eu un rôle politique de premier plan dans le mouvement de l’Open Access et ont encore un rôle politique déterminant à jouer pour permettre sa généralisation et l’avènement d’une ère de la Science Ouverte.
  • Les professionnels de l’information et de la documentation, de par leurs compétences, ont un rôle de médiation documentaire à jouer.
    Les réservoirs en information scientifique et technique en libre accès sur internet se multiplient, ce qui crée un phénomène de fragmentation du savoir. C’est là que les bibliothèques universitaires (BU) jouent un rôle de « passerelle vers les ressources électroniques » (Barthelemy et al,2016).
    Les bibliothécaires localisent les archives ouvertes et les revues en Open Access qui sont en adéquation avec les besoins du public de la BU, les signalent dans le catalogue et les valorisent.
  • Enfin, les professionnels de l’information et de la documentation ont une fonction d’aide et de support technique. L’Open Access rend nécessaires leurs compétences et est venu renouveler leurs missions. Ils accompagnent les chercheurs lorsqu’ils déposent leurs publications dans des archives ouvertes, ils permettent le suivi bibliométrique, ils numérisent et indexent des corpus, ils créent des bases de données et effectuent la maintenance des entrepôts institutionnels.

Comme l’explique le rapport « Moving towards an Open Access future : the role of academic libraries » publié en 2012, avec le développement de l’Open Access, le professionnel de l’information a un rôle de premier plan.
En effet, l’apport des BU reposera de moins en moins sur leur fonds mais dépendra plutôt des services et de l’accompagnement qu’elles fourniront aux étudiants et aux chercheurs : « Le professionnel de l’information sera la bibliothèque de demain ».

Sonia SALAMI, Constance PICQUE et Cédric MARION.

Téléchargez ce numéro

Au delà des frontières temporelles, territoriales, culturelles et professionnelles : la construction de connaissances !

Cher monde de l’information,

Comment introduire un premier numéro ?… Nous réfléchissons en séance de visio, nous, les copilotes du projet, autour de cet exercice qui pourrait paraître anodin après toutes les étapes franchies : écrire un éditorial. Et là, la lumière : quel a été notre postulat de base à l’initiative de ce magazine ? Le Big Data… Ces deux mots que beaucoup peinent à comprendre. Ces deux mots qui effraient certains. Ces deux mots que nous-mêmes avions du mal à expliquer SIMPLEMENT. Nombre de personnes clament d’emblée : “je ne comprends pas, c’est de l’informatique”, “je ne comprends pas, c’est trop technique” “Big Data : kesako ?”. Réaction légitime et humaine face à cette tempête qui engendre de vrais changements.

Mais de quoi s’agit il exactement ? Est-ce un effet de mode ? Un nouveau mode de calcul de probabilité ? Pourquoi s’y intéresser : quels enjeux, quelles opportunités ? Quels impacts dans notre quotidien, dans les entreprises et les organisations ? Quels nouveaux concepts accompagnent ce paradigme ? Datastorelling, crowfunding, machine learning : tant de terminologies “barbares” qui  rebutent tout un chacun.

Dans ce monde complexe, la variété et la quantité d’informations, trop souvent mises à la disposition du public sous le seul angle technique, nous avons décidé d’amorcer un dispositif pouvant combler ce manque d’accompagnement au savoir. Bien des enjeux nous concernent tous pourtant ; certains sont très accessibles !

A travers ce magazine, nous souhaitons, par conviction, apporter des réponses claires, simples et concises aux sujets complexes qui nous entourent.

C’est aussi, par passion de transmettre ce que nous avons appris tout au long des enseignements de master.

C’est également par obligation de réaliser un projet universitaire et, soyons honnêtes, viser une bonne évaluation ! 🙂

Quoi qu’il en soit (ou quelles que soient nos motivations profondes), la mise en oeuvre de ce projet a mis en évidence qu’un professionnel de l’information ne connaît plus de frontière, ni temporelle ni géographique ! De tout âge, de sensibilité différente quant à la fonction et aux métiers de l’information, des quatre coins de la planète, telle fut notre équipe.

Ce projet a su surmonter de nombreux challenges, bravant ainsi décalages horaires, vies professionnelles et familiales en parallèle. Il est une Superbe illustration de l’évolution de notre époque en terme de culture numérique sur les modes de travail et de gestion de projet 2.0.

Mais le challenge ne résidait pas seulement là. ll fallait également concrétiser un projet qui nous rassemble et nous ressemble. Alors quoi de mieux que de mettre en place un magazine et un site Internet à notre image et nous permettre pour une fois de laisser une trace concrète de notre collaboration !

Ce projet nous a apporté l’interdisciplinarité qui caractérise si bien les Sciences de l’Information et de la Communication. Cessons de voir le monde en silos et partageons nos connaissances !

Ce projet nous a fédéré, ce projet nous a rassemblé, ce projet nous a professionnalisé.

Alors partagez avec nous, ce fabuleux voyage ! Le premier d’une série que feront vivre les futures promotions des MAVINUM qui vous proposeront d’autres études de fond sur des sujets autour du Management et valorisation de l’information numérique.

 

 

 

 

Téléchargez ce numéro